1ère séance : Les ambiguïtés des politiques migratoires en Afrique de l’Ouest et les contradictions des pouvoirs publics ouest-africains

Le Jeudi POMAF : 24 novembre 2022, 14h00 – 16h30.

Intervenants:

  • Harouna MOUNKAILA : « Le fait migratoire dans l’action publique au Niger : entre interventionnisme européen et logiques opportunistes ».
  • Marcel KAGAMBEGA : « Les paradoxes des accords franco-burkinabé en matière migratoire : entre subordination – injonctions- décalage et contradictions des pouvoirs publics ».

Cliquez sur l'icone pour écouter l'enregistrement audio

Résumés des interventions

Harouna Mounakaïla

Présenté par la Commission européenne comme un partenaire proactif et constructif en matière de gestion des migrations, le Niger est le théâtre depuis le début des années 2010 de nouvelles formes de gouvernance des mobilités sur fonds d’externalisation des frontières et des politiques migratoires européennes et de dégradation de la situation sécuritaire. Construites sous « le prisme de la crise », ces politiques migratoires s’inscrivent dans une logique de dissuasion et de contention migratoires et de réduction des risques migratoires vers l’Europe.

L’objectif de cette présentation est de montrer que le Niger n’est pas un simple récepteur ou exécutant des politiques européennes, mais de voir que ce processus d’externalisation des politiques européennes créé en revanche des opportunités multiformes pour le pays dans un contexte de déficience de l’État et de sa dépendance vis à vis de l’aide extérieure et de dégradation de la situation sécuritaire.

Marcel Kagambega

En Afrique de l’ouest, le  contexte  actuel est marqué par un appel incessant à la dénonciation des accords (coloniaux) franco-africains. La question migratoire n’y déroge pas.

Le dernier accord franco-burkinabé sur la gestion concertée des flux migratoires et du développement solidaire conclu en 2009  au Burkina Faso – dans le pays des hommes intègres,  traduit à plusieurs égards,  le décalage, l’hypocrisie,  les paradoxes qui minent les relations bilatérales Sud-Nord ou Nord-Sud sur la matière migratoire. Plus d’une décennie après sa conclusion, aucun des engagements contractuels prévus dans l’accord n’a été, à ce jour, entièrement respecté : aide au  développement, titres de séjour (salarié, compétences et talents, scientifiques, etc.), régularisation, réadmission. Inéluctablement, se sont alors substitués à tort, en lieu et place,  et sans dénonciation de part et d’autre, les mécanismes et procédures classiques, les droits nationaux de plus en plus contraignants. Aujourd’hui, tout se passe comme si l’accord n’avait jamais existé. Incompris et ignoré du reste par les migrants, les peuples  burkinabé et français dans leur grande majorité, il est également rejeté par la diaspora et la société civile burkinabé.

Principal pays d’émigration en Afrique de l’ouest, les engagements contractuels des pouvoirs publics burkinabé sont en décalage et en contradiction avec les traditions circulatoires des peuples africains, le droit (individuel) à la mobilité de leurs ressortissants, le droit communautaire CEDEAO relatif à la libre circulation des personnes. S’il s’agit en réalité de migrations faibles, ‘’mineures’’ vers la France,  des contradictions flagrantes des pouvoirs publics  burkinabé s’observent également à l’intérieur du continent où les flux migratoires sont plus importants.

Biographies des intervenants

Harouna MOUNKAILA

Harouna MOUNKAILA est professeur de géographie à l’École Normale Supérieure de l’Université Abdou Moumouni de Niamey au Niger. Il est responsable du Groupe d’Études et de Recherches, Migrations, Espaces et Sociétés (GERMES), co-porteur du Laboratoire Mixte International (LMI) Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne (MOVIDA) et chercheur associé à l’Unité de Recherche Migrations et Société (URMIS).

Marcel Kagambega

Marcel Kagambega, docteur en droit en sociologie, enseignant-chercheur à l’Université de Bordeaux. Ses recherches portent principalement sur les systèmes de protection sociale dans les pays du Sud, les migrations Sud-Nord et Sud-Sud.

Publications en lien avec la thématique :

KAGAMBEGA Marcel, les droits des burkinabè en France. Une analyse critique de la diplomatie migratoire de 1960 à nos jours, L’Harmattan, 2021, 136p.

KAGAMBEGA Marcel, Le rôle des Etats du Sud dans l’encadrement juridique des migrations Sud-Nord et Sud-Sud. L’exemple des Etats de l’Afrique de l’ouest, Paris, L’Harmattan, 2020, 438p.

Séminaire sur l'étude des politiques migratoires africaines

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search