2ème séance : Migrations, esclavage et racialisation au Mali

Le Jeudi POMAF : 9 février 2023, 14h00-16h00

Intervenants:

  • Marie RODET: “Esclavage et migrations forcées dans l’ouest du Mali”
  • Marie DERIDDER et Almamy SYLLA: “Impacts racialisés de la gouvernance migratoire au Mali”

Débat modéré par Stéphanie Lima

Cliquez pour l'audio
Résumés des interventions:

Marie RODET

Malgré l’abolition de 1905, de nombreuses personnes subissent encore des discriminations et des violences du fait de leur assignation héréditaire à un statut “d’esclave”. Ces violences peuvent être d’une grande gravité (meurtre de Diongo Sidibé en juillet 2022) et entraînent des déplacements forcés de population qui fuient l’esclavage (plus de 3000 personnes dans l’ouest du Mali). Le projet EMiFo a mené deux enquêtes quantitatives et une enquête qualitative (2020-2022) à Mambiri, village du cercle de Kita dont la population a presque doublé (43 % de déplacés) en 2019 du fait de l’arrivée de réfugié.e.s de l’esclavage. Cet exposé présente les résultats de ces recherches.

Marie DERIDDER et Almamy SYLLA

Lors des enquêtes de terrain effectuées, auprès des retournés, par Almamy Sylla et Marie Deridder, sur les enjeux migratoires au Mali, plusieurs interlocuteurs et interlocutrices ont mobilisé des arguments raciaux, pour décrire les violences vécues au cours de leur parcours migratoires et après leur retour au pays, mais également pour contester la gouvernance migratoire au Mali. Cette communication entend donc revenir sur les enjeux raciaux de cette gouvernance migratoire globale, ses impacts, et la grammaire raciale historiquement enracinée au Mali. Nous examinerons comment ces éléments se font échos et quelles sont leurs mobilisations dans un contexte postcolonial de conflit armé et de basculements politiques rapides et violents comme on l’observe au Mali, depuis une dizaine d’années.

Biographies des intervenants:

Marie DERIDDER est anthropologue et a obtenu son doctorat à l’UCLouvain (Belgique, 2014). Sa recherche doctorale a exploré la gouvernance locale, les élites et les transformations politiques dans une municipalité rurale du delta intérieur du fleuve Niger au Mali. Actuellement, Deridder est boursière Marie Sklodowska-Curie et postdoctorante au Department of Cultural Anthropology and Ethnology de Uppsala University en Suède. Ses recherches portent sur la création du ‘migration-development-security nexus’ au Mali et au Burkina Faso, ses négociations et son impact sur les mobilités ouest-africaines dans un contexte postcolonial. Deridder a notamment co-dirigé, avec Dr. L. Pelckmans, un numéro thématique de la revue Anthropology and development en 2020 sur « West African engagements with the EU migration-development-security nexus ».

Marie RODET est Reader en histoire de l’Afrique à à la School of Oriental and African Studies (SOAS), Université de Londres. Centrées sur l’Afrique de l’Ouest, ses recherches portent depuis une vingtaine d’années sur l’histoire du genre, des migrations et de l’esclavage dans l’ouest du Mali, et plus particulièrement sur les stratégies d’émancipation dans le contexte de la fin de l’esclavage en Afrique.

Almamy SYLLA est anthropologue et a obtenu son doctorat à l’Institut de Pédagogie Universitaire de Bamako (Mali, 2019). Sa recherche doctorale a exploré les expériences des déportés maliens renvoyés de Libye et de Côte d’Ivoire. Actuellement, Sylla est Maître-assistant à l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB), au Mali. Ses recherches en cours au Mali portent sur la migration forcée, la migration de retour, les soft infrastructures migratoires au Mali, ainsi que sur le genre et les innovations sociales. Sylla a publié plusieurs articles dans Anthropology and development, Geopolitics, Périphérie, et Comparative Migration Studies.

Séminaire sur l'étude des politiques migratoires africaines

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search