5ème séance: Approches critiques des politiques d’accueil et de réinstallation des réfugiés. Regards croisés à partir des cas du Burundi et du Cameroun

Le Jeudi POMAF

8 février 2024 de 14h à 16h (heure française, GMT+1)

Modération: Kossigari Djolar

Intervenantes :

Claire Lefort-Rieu, doctorante en anthropologie au Centre Population et Développement (Université Paris Cité / IRD). Ses travaux portent sur les migrations forcées au Cameroun à partir d’une double ethnographie menée à la fois au sein des structures d’aide internationale et auprès des personnes et territoires visés par leurs interventions.

Biopolitique à la frontière au prisme des corps : l’exemple des populations réfugiées du Nigeria et de République centrafricaine au Cameroun

Aurore Vermylen, docteure en anthropologie au Laboratoire d’anthropologie prospective de l’UCLouvain. Ses travaux portent sur les crises politiques dans la région des Grands Lacs en Afrique, ainsi que sur la mise en place d’un programme onusien de réinstallation de réfugiés Congolais dans des pays dits « tiers » occidentaux. Combinant ces deux pôles d’analyse, Aurore Vermylen s’inscrit dans une anthropologie politique au service d’une compréhension des dynamiques de globalisation en train de se faire.

Réfugiés à recruter. Le programme de réinstallation comme importation d’une main d’œuvre issue de la guerre

 

Résumé des interventions

Claire Lefort-Rieu

La politique du Cameroun à l’égard des populations réfugiées centrafricaines et nigérianes arrivées sur son territoire au cours de la dernière décennie est marquée par deux caractéristiques majeures. D’une part, une politique officielle de « la porte ouverte », qui réactive une tradition d’hospitalité panafricaine portée par le Cameroun depuis les années 1970 et participe de la propagande de la stabilité portée par le régime. D’autre part, un appel à l’aide internationale à qui est déléguée – quoique sous contrôle – la gestion de ces populations installées, en vaste majorité, dans les marges territoriales septentrionales et orientales du pays.
Le cas camerounais propose une contribution intéressante aux débats sur la gestion des populations réfugiées et les formes de bio-/nécropolitique à la frontière. Si ces sujets sont largement étudiés dans les cas européens et nord-américains, ils restent encore peu abordés en contextes non occidentaux. On se propose d’enrichir ces analyses en montrant, d’une part, comment la gestion des migrations forcées au Cameroun s’appuie sur des héritages coloniaux et postcoloniaux pour tracer une frontière entre sujets et non-sujets, qualifiés d’illégitimes ou d’illégaux. D’autre part, en réponse à certaines limites des théories foucaldiennes et agambiennes ayant parfois tendance à minimiser la capacité d’action des personnes visées par ces opérations de gouvernement, on proposera une ethnographie de leurs pratiques et stratégies en portant une attention particulière aux corps. Basée sur deux ans d’enquête ethnographique, la réflexion proposée ici répond à l’invitation d’aller chercher dans le champ des études féministes et des black studies pour penser les situations migratoires et les enjeux de pouvoir en contextes postcoloniaux (Surie von Czechowski, 2018).

 

Aurore Vermylen

Mon intervention s’inspire de ma recherche doctorale. Il s’agit d’une étude anthropologique qui s’intéresse aux dynamiques de globalisation en train de se faire, tant par le biais d’un programme onusien de réinstallation de réfugiés Congolais (RDC) dans des pays occidentaux (les États-Unis et le Canada), que par le biais de dynamiques politiques dans la région des Grands Lacs en Afrique. Ainsi, le titre, « réfugiés à recruter » porte en lui une double lecture de deux dynamiques interreliées. Celle du recrutement organisé par des pays partenaires du HCR afin d’importer une « main d’œuvre issue de la guerre » en Occident ; et celle du recrutement de réfugiés dans les camps de la région des Grands Lacs pour que ceux-ci deviennent des « mains d’œuvres de la guerre » au cœur des conflits qui habitent la sous-région.

Sur le plan théorique, je me suis intéressée au moment clé de l’interview de sélection des réfugiés comme d’un moment prétexte à la compréhension des dynamiques coloniales qui se rejouent au sein du dispositif. Ainsi, celui-ci demande aux réfugiés de raconter leurs récits intimes de violence afin de pouvoir être sélectionnés au départ. Je me suis intéressée aux attentes des agents de réinstallation quant aux récits des réfugiés, basé sur une traque à la fraude de leur mise en récit. Prenant au sérieux le fait de devoir comprendre les dynamiques de crises politiques dans lesquelles mes interlocuteurs étaient pris, j’ai pris le parti de sortir des camps afin de décrypter celles-ci par le biais d’une ethnographie fine, et ce, afin de la confronter ensuite aux attentes des agents de réinstallation. C’est en effectuant ce détour que j’en suis arrivée à proposer une réflexion sur les crises politiques dans la sous-région en parallèle de l’analyse du programme de réinstallation en tant que tel.

Sur le plan empirique, cette thèse s’appuie sur une ethnographie « mouvementée », qui a consisté à suivre mes interlocuteurs (réfugiés, agents du HCR, diasporas, exilés, etc.) au gré des crises politiques, des dynamiques migratoires et des turn over institutionnels. En suivant les dynamiques sociologiques dans lesquels mes interlocuteurs étaient pris, j’en suis arrivée à détricoter les catégories de « camps » et de « réfugiés », préférant m’intéresser à la complexité des mises en mouvement et des interrelations sociales. Plus qu’une simple méthodologie, cette approche a permis une compréhension de l’interrelation des différents espaces sociaux au service de l’analyse d’une globalisation en train de se tisser sous mes yeux.

Sur base de cette ambition théorique et de cette approche « mouvementée », trois constats se dessinent. Premièrement, là où la littérature sur les camps de réfugiés a l’habitude de situer ceux-ci en périphérie des mondes sociaux, ma thèse montre à quel point les camps sont des acteurs centraux pour comprendre les dynamiques politiques dans la région des Grands Lacs en Afrique, et en quoi ils constituent une véritable mythologie qui contribuent notamment au mythe de l’homme en arme (nécessaire pour recruter la main d’œuvre de la guerre). Deuxièmement, mon travail décortique en quoi la traque massive à la fraude, loin de porter ses fruits (puisqu’inadaptée), contribue à fixer et à reconfigurer les identités dans les Grands Lacs, et plus singulièrement l’identité Munyamulenge, contribuant, à terme, à accentuer les clivages. En ce sens, on peut qualifier le programme de réinstallation de néocolonial. Troisièmement, la thèse propose de confronter les discours qui naissent dans les quotidienneté traversées par la guerres (regroupés sous le concept d’ « habitus de guerre ») aux attentes discursives des interviews de réinstallation (conceptualisé sous la notion d’ « imposition discursive institutionnelle ») afin d’en comprendre l’inadaptabilité.

 

 

Séminaire sur l'étude des politiques migratoires africaines

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search