L’équipe de coordination

Camille Cassarini (IRMC, ERC Solroutes, Genova University – IRD-AMU/LPED, LMI Movida),

Jean-Pierre Cassarino (College of Europe, IRMC), 

– Alizée Dauchy (IEE, CRESPO-USL-B / LPED), 

Kossigari Djolar (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université de Kara),

Stéphanie Lima (INUC Albi, LISST Toulouse, ICM, LMI Movida), 

– Delphine Perrin (IRD-AMU/LPED, ICM, LMI Movida).

 

Camille Cassarini est actuellement Chercheur Postdoctoral au sein du projet ERC Solroutes. Il est rattaché au Laboratoire de Sociologie Visuelle de l’Université de Gênes, chercheur associé au LPED (IRD-AMU) et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Docteur en Géographie de l’Université d’Aix-Marseille, il mène des recherches au croisement de la géographie sociale, de l’anthropologie politique et des études migratoires à partir de terrains menés en Afrique du Nord (Tunisie, Algérie) et en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire). Dans sa thèse de doctorat, Camille Cassarini a étudié la fabrique contemporaine des mobilités ivoiriennes en Tunisie et ses liens dans la production humanitaire des configurations frontalières, aux échelles locales et transnationales. Dans le cadre de ses recherches postdoctorales, à partir d’un regard croisé sur les mobilités ouest-africaines, les routes et les urbanités, il s’intéresse dorénavant aux transformations contemporaines du lien entre mobilités et immobilités au Sahara algérien.

https://www.researchgate.net/profile/Camille-Cassarini

Jean-Pierre Cassarino teaches at the College of Europe (Warsaw, Poland). He is also a research associate at the Tunis-based Research Institute on the Contemporary Maghreb (IRMC). Prior to this, he was Chair in Migration Studies at the Institute for Advanced Studies (IMéRA, Aix-Marseille University), and part-time professor at the Robert Schuman Centre for Advanced Studies (European University Institute, EUI, Florence). At the EUI, he supervised and managed interdisciplinary research projects on migration policies and developed field surveys mobilizing EU and non-EU partner institutions (in North and sub-Saharan Africa, the Mediterranean and the Caucasus). His publications and major interests focus on the expansion of international regulatory systems and bilateral/regional patterns of cooperation, and on the diffusion and internalization of norms and practices pertaining to the “governance” of international migration, especially with reference to MENA and African countries. URL: https://www.jeanpierrecassarino.com/

Ses publications récentes :

– 2023, ed., Cooperation on Readmission in the Euro-Mediterranean Area and Beyond: Lessons Learned and Unlearned. EUROMESCO Policy study n. 28, IEMed, Barcelona.

– 2022, “Investigation of a Post-Mandate Agreement above Suspicion: The July 2018 MoU on Readmission between Belgium and Tunisia”, European Politics and Society [online].

– 2022, with Luisa Marin, “The Pact on Migration and Asylum: Turning the European Territory into a Non-territory?”, European Journal of Migration and Law 24(1): 1-24.

– 2021, “La dimension extérieure dans le nouveau pacte sur la migration et l’asile: L’Union européenne rattrapée par la géopolitique”, Revue internationale et stratégique 122: 115-124.

Alizée Dauchy est doctorante à l’Institut d’Études européennes (IEE) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles et membre du réseau euro-africain Migreurop. Depuis 2017, elle interroge les processus d’externalisation des politiques migratoires européennes. Ses recherches portent spécifiquement sur la loi contre le trafic illicite de migrante·es et le contrôle biométrique des mobilités au Niger. Elle est actuellement en séjour de recherche au sein du Laboratoire Population, Environnement, Développement (LPED) AMU-IRD à Marseille.

Ses publications récentes : 

– 2022, « L’authentification biométrique dans la Cedeao, un atout pour la libre circulation? », Atlas des migrations dans le monde: liberté de circulation, frontières et inégalités. Migreurop, Armand Colin, p. 66-67.

– 2022, « Les arrestations de passeurs au Niger: une criminalisation des pratiques d’entraide entre personnes en migration », Métropolitiques [En ligne].

– 2020, « La loi contre le trafic illicite de migrant·es au Niger. État des lieux d’un assemblage judiciaire et sécuritaire à l’épreuve de la mobilité transnationale », Anthropologie & développement 51: 121-136. 

Kossigari Djolar est actuellement doctorant en géographie, en cotutelle entre l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de Kara. Il est membre des laboratoires UMR PRODIG, de l’Institut Convergence Migration, et du Laboratoire Mixte Mobilités, Voyages, Innovations et Dynamiques dans les Afriques Méditerranéenne et Subsaharienne (LMI MOVIDA). Sa thèse examine les impacts de la diffusion des modèles globaux d’action publique et de gouvernance sur les circulations de personnes et de marchandises en Afrique de l’Ouest. Ses recherches se concentrent particulièrement sur l’adoption de modes standardisés de régulation, influencés par l’approche néolibérale, et les transformations des logiques et des valeurs associées à la production et au contrôle des déplacements.

Ses publications récentes :

– 2021, (avec Assogba Guézéré), “Les frontières du Togo par temps de COVID-19 : entre affirmation de l’autorité de l’État et développement d’une économie de la fermeture“, L’Espace Politique [En ligne], 44 | 2021-02.

– 2022, (avec Jérôme Lombard), “Les circulations transnationales au Togo au temps de la Covid-19 : Réinvention des pratiques de transport face à la contrainte“, Afrique(s) en mouvement 2022/1 (N° 4): 32-43.

Stéphanie Lima est géographe, maîtresse de conférences à l’INU Champollion à Albi et membre du LISST (CNRS UMR 5193) de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, depuis 2005. Elle est co-animatrice du LMI MOVIDA (https://movida.hypotheses.org/) et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Elle est aussi membre du comité scientifique du GIS « Etudes Africaines en France » (https://etudes-africaines.cnrs.fr). Après avoir réalisé un doctorat (2003) et un post-doctorat (2009) au Mali, elle a mené un séjour de recherche d’une année au Sénégal en 2017-2018 dans le cadre du LMI MOVIDA. Ses recherches portent sur les migrations internationales en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement sur les recompositions des territoires locaux et sur les enjeux de la citoyenneté au sein des diasporas malienne et sénégalaise. Elle enseigne principalement en licence de géographie (INUC, Albi) et intervient régulièrement à l’IEP de Toulouse (séminaire « Migrations et développement) et au sein du Master SOCDEV du LMI MaCoTer, à l’Université de Kabala, Bamako (http://www.lmi-macoter.net/master-socdev/).

Ses publications récentes :

– 2022, « Géographie politiques des territoires multisitués : l’espace local au prisme des découpages et des migrations internationales au Mali et au Sénégal », in Fabrice Argounès, Géographies du politique, Atlande Clefs-concours, pp.199-207.

– 2019, « Politiques du découpage local au Sénégal sous influences : inachèvement, hybridation, fragmentation », L’Espace politique, n°39, 2019-3, 27p.

– 2018, « La décentralisation au Mali : l’enjeu des territoires », in Armelle Choplin, Nora Mareï, Olivier Pliez (dir.), L’Afrique du Sahel au Sahara à la Méditerranée, Atlande Clefs-concours, pp.186-191.

– 2017 ; « Migrants mobiles et immobiles », in Giorda Cristiano, Stopani Antonio, Semestrale di Geografia. Ripensare lo spazio sociale: reti, mobilità, territorialità – XXIX, Fascicolo 2: 91-102.

Delphine Perrin est chercheuse à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), rattachée au Laboratoire Population Environnement Développement (LPED-Aix Marseille Université). Elle est co-animatrice du LMI MOVIDA et co-coordonne le pôle Migrations du LPED. Elle est aussi membre de l’Institut Convergences Migrations. Docteure en droit et diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence, Delphine centre ses recherches sur les dynamiques juridiques et politiques et les nouvelles mobilisations du droit autour des migrations, de l’asile et de la nationalité en Afrique méditerranéenne et de l’Ouest. Elle enseigne par ailleurs à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence.

Ses publications récentes : 

-2023, “La fabrique d’un droit d’asile au Maroc – Circulation des normes, tâtonnements juridiques, et atermoiements politiques”, La Revue des Droits de l’Homme (RevDH) [En ligne], 24 | 2023.

-2021, “La Libye comme terrain de reconfiguration géopolitique des migrations”, Hérodote n° 182, 3ème trimestre: 93-108.

-2021, “Une politique juridique migratoire en Tunisie ?” dans Migrations et mobilités en Tunisie, vers un changement de prismes.

-2020, “Dynamiques juridiques et politiques autour des mobilités en Afrique méditerranéenne et sahélienne : inspirations, ambitions et contraintes”, Migrations Société n°179: 75-89.

-2020, “Réflexions sur la déchéance de nationalité en contexte terroriste – (pluri)appartenance et citoyenneté en France et au Maghreb”, L’Année du Maghreb 22: 233-250.

Lien vers sa page sur le site du LPED : https://lped.fr/?PerrinDelphine

Séminaire sur l'étude des politiques migratoires africaines

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search